Chômeurs invisibles : Quand le chômage des entrepreneurs reste tabou.

Chômeurs invisibles : Quand le chômage des entrepreneurs reste tabou.

CHÔMAGE DES ENTREPRENEURS – La hausse du chômage n’épargne personne. Pas même les entrepreneurs, pour lesquels les ravages d’une perte d’emploi passent inaperçus. Pire encore, le chômage de l’entrepreneur se doit de rester discret, de ne pas faire de vagues. La perte d’emploi des entrepreneurs est une catégorie de chômage tabou, dont on ne parle jamais. Pourtant, le nombre de chômeurs de catégorie A a augmenté de 42 000 personnes en octobre 2015 d’après une étude menée par le cabinet Altares. Le nombre de défaillances d’entreprises a augmenté de 0,8% au cours de l’année passée menant les tribunaux à prononces plus de 63 000 jugements contre 62 000 un an auparavant.

michaël Mahiddini

Pas d’allocations pour les patrons !

Lorsqu’un chef d’entreprise se retrouve au chômage, il est très rare – explique Michaël Mahiddini – que celui-ci puisse bénéficier d’allocations. Pourtant, entreprendre c’est d’abord prendre de gros risques et ce, sans filets. Beaucoup ont pu s’en apercevoir comme l’indiquent les chiffres conséquents parus dans une étude du premier observatoire des indépendants et patrons PME, réalisée par l’Ifop.

En effet, poursuit Michaël Mahiddini, 10 % des patrons de TPE-PME ont déjà connu une situation de chômage au cours de leur carrière comme dirigeants d’entreprise. Or, seulement 17 % d’entre eux ont pu être indemnisés lors de leur perte d’emploi. Alors que les salariés cotisent en moyenne 6 % de leur salaire pour le chômage (environ 4% en part patronale et 2 % en part salariale) et perçoivent des indemnités représentant de 70 à 75% de leur revenu, la majorité des entrepreneurs cotisent a minima sans pour autant avoir le droit au chômage. Les chiffres sont clairs, précise Michaël Mahiddini, plus de 8 dirigeants sur 10 (83 %) ne reçoivent pas d’allocations.

shutterstock_241742980

Une perte considérable pour l’économie française

Ainsi, pour un entrepreneur au chômage, retrouver une activité rapidement devient vital. En effet, explique Michaël Mahiddini, entre les crédits immobiliers, et charges de la vie courante, beaucoup de chefs d’entreprise optent à terme pour une activité salariée et font l’impasse sur leur statut de dirigeant. Au grand dam de l’économie française qui perd beaucoup dans cette histoire : car le chômage des patrons et l’abandon de projets de création d’entreprise enterrent les chiffres du chômage car – même si cela est évident, osons le dire – entreprendre crée de l’emploi.

L’étude du premier observatoire des indépendants et patrons PME, réalisée par l’Ifop, met en exergue la précarité bien réelle des dirigeants d’entreprise en situation de chômage, mais aussi, leur manque d’information. Si 90 % des entrepreneurs sont conscients des risques qu’ils encourent, seulement 3% d’entre eux ont adhéré à une assurance privée pour se préserver des imprévus, assurer leur avenir mais aussi celui de leur famille.

michaël mahiddini

Entrepreneurs, assurez-vous contre le chômage!

L’entrepreneur est passionné, il est un rêveur optimiste qui ne souhaite pas penser au pire de peur de le provoquer. Entrepreneurs, vous assurer ne fera pas de vous un pessimiste, au contraire, le rôle essentiel d’un dirigeant étant de bien préparer l’entreprise à affronter des situations complexes. Aussi, un chef d’entreprise assuré sera d’autant plus audacieux s’il est serein et pourra, en tout état de cause se permettre de prendre des risques calculés et anticiper l’avenir.

Par ailleurs, souligne Michaël Mahiddini, un entrepreneur assuré a le temps d’analyser les failles et les problèmes de fonctionnement qu’il a vécus au cours de son expérience passée, et donc, de prendre le temps de se corriger et de retenter un autre projet entrepreneurial.


Michaël Mahiddini

Focus sur l’assurance chômage des entrepreneurs et mandataires sociaux

Michaël Mahiddini insiste. La majorité des dirigeants, chefs d’entreprises, associés et mandataires sociaux ne peuvent pas bénéficier des indemnités POLE EMPLOI. Compte tenu de la conjoncture, il devient aujourd’hui indispensable pour vous, entrepreneurs, de souscrire à une assurance chômage et ce, pour vous protéger d’une défaillance de votre entreprise, ou même d’une révocation de votre mandat social par le conseil d’administration.

Par ailleurs, précise Michaël Mahiddini, et contrairement à ce que peuvent penser la plupart des chefs d’entreprise, le coût d’une assurance chômage pour un dirigeant reste très abordable.

En effet, explique Michaël Mahiddini, il faut compter en moyenne 3,5 % de la somme que le dirigeant souhaite recevoir dans le cas où ils se retrouveraient au chômage. Ainsi, sur une base de 55 000 euros de revenu par an pour un patron de PME, les cotisations représenterait environ 2000 euros par an. Par ailleurs, note Michaël Mahiddini, ces sommes engagées sont déductibles dans le cadre du régime Madelin.

Alors n’hésitez plus, assurez-vous !

 

MAHIDDINI Michael.

copyright Michael MAHIDDINI ©

Michael MAHIDDINI – APA ASSURANCES – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49

Michael MAHIDDINI – SERENIUM FINANCES – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49

Michael MAHIDDINI – ENAM INVEST – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49