Michael Mahiddini, comment renégocier votre assurance emprunteur ?

Capture d’écran 2015-06-02 à 15.21.58

Jamais dans l’histoire les taux de crédit n’étaient descendus aussi bas, les 2,03 % en taux nominal et hors assurance du mois d’avril en attestent.

Il est bien évident que cette baisse est le moteur actuel de la reprise des marchés immobiliers, sans oublier la volonté toujours plus affichée des banques pour redynamiser cette demande.

Comme le souligne l’observatoire du financement des marchés résidentiels, la seule baisse des taux qui est intervenue fin 2013 équivaut maintenant à un recul des prix de près de 9,5 % et ce que ce soit sur le marché du neuf ou de l’ancien.

Si nous poussons notre analyse et remontons à la fin 2011, la baisse des prix atteint près de 18,5 %.

C’est donc l’occasion pour un certain nombre d’entre vous de renégocier votre assurance emprunteur qui est adossée à votre crédit immobilier.

Vous pourriez réaliser de cette façon d’importantes économies qui peuvent atteindre jusqu’à 30 % du coût de votre emprunt pour un couple.

L’assurance emprunteur.

Celle-ci n’est pas obligatoire, mais en règle générale elle est imposée par l’ensemble des établissements financiers.

De ce côté-là, il n’y a pas grand-chose à dire, car il paraît parfaitement légitime pour un prêteur de se prémunir contre les aléas de la vie de ses Clients et c’est également une sécurité fondamentale pour vous et votre famille.

L’assurance emprunteur vous couvre en cas de décès, mais pas seulement, le risque arrêt de travail et invalidité est également proposé.

Certaine convention d’assurance vous propose en option de vous couvrir en cas de perte d’emploi et ce que vous soyez salarié ou non salarié.

Il ne s’agit donc pas de vivre cela comme une contrainte lors de la souscription mais comme une véritable couverture de risque vous permettant de protéger votre force de travail et par la même l’avenir de votre famille et de votre investissement.

Les banquiers ainsi que les courtiers en crédit ne sont en règle générale pas les mieux placés pour articuler et adapter les garanties de votre contrat, c’est le métier des assureurs, que ce soit les agents généraux, les salariés de compagnies d’assurances ou les courtiers.

Le courtier d’assurances vous donnera également la possibilité de renégocier de manière régulière votre contrat et ce tout au long de votre crédit.

N’oublions pas également que votre état de santé est un critère fondamental de la tarification tout comme le fait d’être fumeur ou non fumeur.

Donc restons prudents et vigilants afin que la recherche d’économies ne nous fasse pas oublier le but de cette souscription.

Il est fréquent de lire aujourd’hui des articles ou on encourage les emprunteurs à renégocier leur contrat uniquement sur une base économique sans approfondir la finalité de ce critère de prévoyance,  je trouve cela réducteur et dangereux.

Les accidents de la vie courante sont très nombreux et constituent un problème majeur de santé publique.

En France, toutes causes et toutes tranches d’âges confondues, les accidents de la vie courante (AcVC) touchent plus de 11 millions de personnes chaque année, dont 4,5 millions font l’objet d’un recours aux urgences et plusieurs centaines de milliers, d’hospitalisations.

Ces accidents sont responsables de près de 19 000 décès chaque année (18 549 en 2006 en France métropolitaine), soit 3,6 % du total des décès.
Les accidents de la vie courante sont la troisième cause de mortalité en France comme le souligne notre gouvernement.

Bien entendu ces statistiques ne prennent pas en compte les accidents de travail, les maladies et autres..

Je vous rappelle simplement qu’il y a un décès chaque minute en France, soit 1561 décès par jour !!

Néanmoins il est vrai que nous pouvons trouver aujourd’hui sur le marché de fortes disparités de prix entre les différents intervenants et ce pour des garanties équivalentes.

Les obstacles du changement.

Depuis la loi Lagarde de 2010,  l’emprunteur est désormais libre d’opter pour une assurance et un organisme de son choix.

À partir du moment où les garanties sont  » au moins équivalentes  » à celles du contrat proposé par votre établissement bancaire.

Cependant dans la pratique les choses ne se passent pas toujours comme cela, nous sommes tous des usagers des banques et nous savons que pour la plupart d’entre nous l’octroi du crédit ainsi que le taux proposé est souvent conditionné à la souscription du contrat d’assurance auprès de l’établissement prêteur, notre banque nous accorde également des facilités de caisse ou des autorisations de découverts qui sont également de manière officieuse liée à notre acceptation et nous nous sentons pris au piège sans possibilité quelquefois de refuser.

Nous avons également beaucoup de mal à comparer les garanties et les conditions générales des contrats ou tout simplement nous devons faire face à des échéances très serrées. .

C’est pour cette raison que le fait de remettre en cause son assurance emprunteur après la première ou la deuxième année d’acquisition nous permet de prendre notre temps et de faire appel à un professionnel de l’assurance pour pouvoir nous guider afin de rechercher la meilleure adéquation entre les garanties dont nous avons besoin et les économies que nous souhaitons réaliser.

Afin de protéger et de faciliter cette opération la Loi Hamon du 17 mars 2014 dont le décret d’application date du 26 juillet de la même année à renforcé le principe de la libre concurrence en introduisant une franchise d’une année après la signature du prêt pour pouvoir changer de compagnie d’assurances et ce sans aucun frais ni pénalité.

Bien entendu comme expliqué précédemment il faudra que les garanties soient équivalentes, mais vous pouvez également en profiter pour adapter votre couverture à votre situation ou renforcer les garanties si cela s’avère nécessaire.

Notez également que le comité consultatif du secteur financier  ( CCSF ) a défini la liste des critères vous permettant de vérifier si les contrats d’assurances offrent ou non des garanties équivalentes, mais l’expérience démontre que la meilleure solution est de passer par un courtier d’assurances qui lui a une vision globale du marché et des différents intervenants, qui sait lire et interpréter les conditions générales et qui engagera également sa responsabilité lors de la souscription.

Je vous rappelle qu’il est important de vérifier que celui-ci est bien enregistré sur le fichier de L’Orias.

Autre changement majeur qui interviendront cette année à compter du 1er octobre :

A partir du 1er octobre, les candidats à l’emprunt recevront une fiche standardisée d’information sur l’assurance, celle-ci est destinée à faciliter la comparaison des différents contrats.

Ce document précisera le type de garanties proposées et vous donnera également les garanties minimales exigées par votre prêteur.

Je reviendrais vers vous très prochainement pour vous apporter des informations beaucoup plus détaillées que ce simple article afin que vous puissiez et ce dans de bonnes conditions, aborder ce sujet qui vous permettra d’une part d’être couvert au mieux de vos intérêts et d’autre part de faire des économies qui peuvent s’avérer dans beaucoup de cas extrêmement importantes.

J’espère avoir pu vous apporter un meilleur éclairage concernant cette thématique qui nous concerne tous à un moment ou un autre de notre vie et je vous souhaite à tous de réaliser de beaux projets immobiliers.

MAHIDDINI Michael – le courtier connecté

Autres Articles sur l’immobilier Fiscalité immobilier

Copyright Michael MAHIDDINI ©

Michael MAHIDDINI – APA ASSURANCES – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49

Michael MAHIDDINI – SERENIUM FINANCES – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49

Michael MAHIDDINI – ENAM INVEST – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49