Les avantages d’un départ à la retraite retardé.

Les avantages d’un départ à la retraite retardé.

 

La retraite est devenue aujourd’hui un sujet sensible et les Français sont de plus en plus inquiets concernant l’avenir qu’elle leur propose. Les retraites anticipées se font de plus en plus rares, laissant place à différentes alternatives, comme le cumul emploi / retraite. Certains, souhaitent même continuer à travailler au-delà de l’âge légal (62 ans) ou au-delà de l’atteinte du taux plein (65 ans progressivement porté à 67 ans pour les assurés nés à partir de 1955) afin d’augmenter le montant de leur pension. Car, explique Michaël Mahiddini, retarder son départ en retraite peut avoir plusieurs avantages. Explications.

shutterstock_164848472

La surcote

La surcote existe dans tous les régimes de retraite de base (ceux de la fonction publique compris) et s’applique aux salariés qui continuent de travailler après 62 ans alors qu’ils ont déjà atteint la durée requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein, explique Michaël Mahiddini. Seulement, ces derniers ne devront pas faire liquider leur pension, car, tout trimestre supplémentaire entier travaillé au-delà des durées requises pour bénéficier du taux plein, leur permet de bénéficier d’une majoration de 1,25% du montant de leur pension de retraite de base, soit une retraite augmentée de 5% par année supplémentaire travaillée.

Ainsi, précise Michaël Mahiddini, à titre d’exemple, une retraite de base de 1000 euros par mois pourra bénéficier d’une surcote de 50 euros pour une année de travail supplémentaire, puis 100 euros par mois pour deux années supplémentaires travaillées, etc… Toutefois, il est important de préciser que le taux de cette surcote n’est que de 0,75% par trimestre dans le régime des professions libérales.

Majoration de durée d’assurance

Une majoration de durée d’assurance est accordée aux assurés bénéficiant du régime général ou des régimes alignés (commerçants et artisans) qui font liquider leur retraite après la durée requise pour atteindre le taux plein et qui n’ont encore pas atteint la durée d’assurance requise pour prétendre à une retraite entière. Dès lors, poursuit Michaël Mahiddini, ces derniers peuvent obtenir une majoration de leur durée totale d’assurance de 2,5% par trimestre écoulé après le dépassement de la durée requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

A titre d’exemple, explique Michaël Mahiddini, un assuré né en 1951 prend sa retraite à 65 ans et demi en 2016, soient deux trimestres après l’âge du taux plein applicable à sa génération (65 ans). Sa durée d’assurance dans le régime général est de 155 trimestres, inférieure à la durée d’assurance requise pour prétendre à une retraite entière (163 trimestres pour sa génération). Comme il liquide sa retraite 2 trimestres après 65 ans, il a le droit à une majoration de sa durée d’assurance de 5% (2 x 2,5%). Grâce à la majoration, sa durée d’assurance corrigée est de 162,75 trimestres, arrondie à 163 trimestres.

Des bonus dans les régimes complémentaires Arrco et Agirc ?

Aujourd’hui, explique Michaël Mahiddini, les régimes complentaires ne prévoient aucun avantage particulier pour ceux qui poursuivent leur activité professionnelle, seulement, continuer à travailler leur permet de continuer d’acquérir des points dans leur régime de retraite complémentaire et donc améliorer le montant de celles-ci.

Aussi, et en 2019 poursuit Michaël Mahiddini, les assurés nés à partir de 1957 bénéficieront d’un bonus/malus qui ne concernera toutefois, que ceux qui ont la durée d’assurance requise pour faire liquider leur retraite à taux plein. Ces derniers se verront alors appliquer pendant les trois premières années de versement de leur retraite et jusqu’à 67 ans maximum, un malus de 10% sur le montant de leur retraite complémentaire (5% pour les retraités assujettis à la CSG au taux réduit de 3,8%).

Enfin, si ces derniers retardent leur départ en retraite d’une année après la date à laquelle ils atteignent les taux plein, ils pourront alors toucher leur retraite sans malus. S’ils retardent leur retraite de 8, 12 ou 16 trimestres après la durée requise pour une retraite à taux plein, leur retraite complémentaire se verra majorée de 10 % pour 8 trimestres, de 20% pour 12 trimestres, de 30% pour 16 trimestres, etc… mais uniquement pendant une année.

shutterstock_92746861

© Michaël Mahiddini

Michael MAHIDDINI – APA ASSURANCES – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49

Michael MAHIDDINI – SERENIUM FINANCES – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49

Michael MAHIDDINI – ENAM INVEST – 9, rue Berteaux Dumas – 92200 Neuilly-sur-Seine 01 48 45 09 49